PLOT
Qu'est-ce donc que Plot ?
Plot cc David Lasnier



Ce texte est la présentation d'un travail que nous menons, en collaboration avec Douglas Stanley et dans le cadre de son atelier hypermédia, à l'Ecole Supérieure d'Art d'Aix en Provence.

Plot : (of land), terrain ; plot in garden, carré de terre ; building plot, terrain à bâtir ; vegetable plot, carré de légumes ; intrigue, action (d'un roman, d'une pièce de théâtre) ; the plot thickens, l'affaire se corse ; complot, conspiration ; to plot : déterminer, tracer (une route, un graphique) ; relever (sa position) ; (nav.) to plot the position, faire le point ; comploter, conspirer ; plotter : conspirateur ; traceur ; plotting : relevé (d'un terrain) ; tracé ; graphique ; complot.

Projet de Jean Cristofol* et Douglas Stanley(cf.texte de Douglas sur Plot), avec Fabrice Gallis et Guillaume Stagnaro.

Image cc David Lasnier





Rappel : ce projet trouve ses racines durant l'année 2003-2004. Il s'agissait alors de prolonger le cours d'épistémologie fait dans le cadre des enseignements de culture générale en deuxième année par J. Cristofol autour des questions du temps, du déterminisme et de l'imprévisibilité, par des interventions de Guillaume Stagnaro et de Fabrice Gallis, en écho du travail fait par ces trois personnes dans le cadre du projet de recherche AGGLO ( cf. http://agglo.info ). Ces interventions, normalement prévues, n'ont pu avoir lieu, imprévisiblement. L'idée continuant à faire son chemin et se nourrissant dans la durée, elle est accueillie, sous une forme nouvelle et transformée, par D. E. Stanley dans le cadre de son atelier, où se développe depuis longtemps une recherche sur des préoccupations parallèles ou convergentes.

Enjeux : il s'agit de mener une exploration à la fois théorique et pratique, spéculative et expérimentale, autour de l'idée de la lenteur en temps réel. La notion de temps réel, expression galvaudée et bonne à tout faire du verbiage grand public autour des technologies numériques, est souvent assimilée à une simultanéité produite par l'accélération des machines informationnelles. Nous refusons cette réduction caricaturale. Nous prétendons qu'il s'agit d'un concept théoriquement fondé qui vise les formes de temporalités induites par les logiques algorithmiques des boucles rétroactives et des systèmes de régulation et d'autorégulation. Nous entendons manifester l'élégant (si ce n'est l'intenable) suspens de la lenteur en temps réel.

Démarche : Nous partirons de la notion de situation, et des notions concomitantes d'action, d'attente, d'imprévu, d'événement, de piège. Nous interrogerons les formes logiques qui régissent les relations entre un comportement et son contexte, entre adaptation et autonomie. Nous essaierons de faire apparaître comment s'y entrecroisent des temporalités différentes, avec les effets de rencontre, de lecture ou d'errance et d'incompréhension qui en résultent. Nous essaierons de confronter approches philosophiques, élaborations théoriques et mises en oeuvres pratiques. Nous irons de la discussion à l'invention de situations concrètes et à la programmation.

Cinq séances de travail d'une journée sont prévues, sur cinq mois (les mercredi 1er décembre, 5 janvier, 2 février, 2 mars, 27 avril) autour de la table circulaire de l'atelier hypermédia.

Les étudiants intéressés sont priés de s'inscrire auprès de Douglas Stanley ou de Jean Cristofol.

Note de Fabrice Gallis :J'ajouterais tout de même à partir du Robert historique :

PLOT n. m. est un terme (1290) d'origine régional (Franche-Comté, Auvergne, Bourgogne, Provence) peut-être issu du croisement entre le latin plautus "plat", mot de formation populaire apparenté à la forme plattus (->plat) et du moyen néerlandais block tronc abattu (->bloc).

Le mot est attesté en ancien français avec le sens propre de "billot de bois, segment du tronc d'arbre", longtemps vivant régionalement (Forez, Lyonnais, Provence, Savoie), et avec le sens métonymique de "tabouret".

Il a eu un sens technique en tissage, désignant la pièce de l'ourdissoir qui conduit l'enroulement du fil, et en horlogerie pour "massif de laiton dont l'horloger se sert pour river la masse sur la platine"(1832).

Plot s'est maintenu avec une autre spécialisation, en électricité, désignant la pièce métallique permettant d'établir un contact, une connexion électrique(1890). On a donc là un terme qui traverse sans vergogne l'histoire des techniques et celle de la programmation. N'oublions pas, à propos de billot de bois, l'autre spécialité de Babbage, outre la séduction d'Ada Byron, la dendrochronologie, ou datation des arbres. Il faut également, et je finirai là dessus, voir le massif de laiton de l'horloger comme un marteau, semblable à celui qui martelant la foule, en fait un peuple.'

*Jean Cristofol n'est pas plasticien météoricien.

plotsème v
Creative Commons. Certains droits réservés
Valid XHTML 1.0 et Valid CSS
2/176101

(cc) plotsème.net